Brèves de voyage 2

5 janvier 2014 à 10:36 | Publié dans Souvenirs | Laisser un commentaire
Étiquettes :

Le métro, quand on a presque toute la ligne à faire, sans livre, sans journal et sans téléphone, c’est long.
Mais ça permet de voir ce qui se passe autour de soi.
Ce jour là, il y a longtemps, je devais avoir 18 ou 19 ans, j’étais en 2è année de médecine, je sortais d’une séance de dissection, j’avais l’impression d’avoir l’odeur du formol collée à la peau, et j’avais besoin de voir des gens vivants pour me changer les idées.
Le métro pour ça c’est bien, on voit des gens.
Ce jour là, donc, quand j’entre dans la rame, il y a une place sur une banquette en bordure de l’allée, en bout de rame. Je m’installe le plus confortablement possible, il y a du monde. Et j’observe (discrètement) mes voisins.
À ma droite sur la banquette de l’autre côté de l’allée, dans le même sens que moi, un couple, lui doit avoir entre 50 et 60 ans, et elle à peine 30 ans. Il a le bras droit posé sur son épaule, et il lui parle, l’embrasse dans le cou.
La rame démarre.
Quelques stations passent, je rêvasse un peu.
Je suis tirée de ma torpeur quand je vois mon voisin dégager brusquement son bras et se lever comme un ressort, la jeune femme restant interloquée.
Elle va vite comprendre, et moi aussi.
Un couple d’une cinquantaine d’années vient d’entrer, salue Monsieur « bonjour quelle surprise, Christian », jette un regard sur la demoiselle, et s’installe en face d’eux où les places viennent de se libérer.
La rame repart, et la conversation s’engage, je devrais dire l’interrogatoire :
« Alors que devenez vous? Vous travaillez en ce moment? (Sous entendu qu’est-ce que vous faites dans le métro à 4h de l’après-midi?)
Et votre femme, elle va bien? (Regard appuyé de la dame vers la demoiselle)
Et vos enfants, ils font des études?
Il faudrait qu’on se voit un de ces jours… »
Et bla bla bla et bla bla bla, sans interruption.

La demoiselle regarde par la fenêtre les murs du métro qui défilent…
Quelques stations plus tard (je ne saurai jamais si c’était son arrêt véritable ou si elle a essayé de donner le change en sortant avant le dénommé Christian), elle se lève, passe devant eux pour sortir, pendant que Christian tend son bras gauche derrière elle pour la caresser discrètement pendant qu’elle passe, sous mes yeux, à moi qui suis justement là dans l’angle.
Elle passe, donc, et se retrouve devant la porte, derrière le couple donc, et jette un sourire éclatant et triste à Christian, qui lui, face au couple, ne peut pas répondre.
Elle sort.
La conversation continue, mais avec moins d’entrain, le couple n’ayant plus de vrai motif pour évoquer les souvenirs communs et toute la famille de Christian.
Encore quelques stations, et Christian sort.
Et le couple de commenter avec force appréciation la scène qui vient de se dérouler. Madame est très virulente et affirmative, Monsieur moins, il essaie d’introduire le doute dans les certitudes de Madame.
Solidarité masculine probablement….
J’ai eu l’impression d’avoir assisté bien malgré moi à un mauvais vaudeville…. mauvais mais efficace pour oublier la table de dissection….

Publicités

Laisser un commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :